Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MICRO-AVENTURES : LE MERVEILLEUX AU QUOTIDIEN !

par Claire Sibille

publié dans Le quotidien c'est pas banal !

MICRO-AVENTURES : LE MERVEILLEUX AU QUOTIDIEN !

 

Sauf si vous êtes fan des méga-feux et des décharges d’hôtels à ciel ouvert, Hawaï et Les Seychelles ne sont plus vraiment tendance pour vos rares semaines de congés payés. Après c’est votre droit d’être fan, surtout si vous êtes pyromane ou atteint du « syndrome de Diogène », cette maladie qui consiste à entasser des déchets chez soi. Il y a aussi des gens qui pensent que la terre est plate et que le réchauffement climatique est un complot de la Gauche contre les riches, alors dans un tel monde, tout est possible.

Mais peut-être faites-vous partie des gens qui essaient modestement de réduire leur empreinte carbone tout en continuant d’aimer l’aventure, l’inconnu, le différent, la rencontre végétale, animale et même humaine.

Dans ce cas vous êtes partant pour la micro-aventure.

 

Réduire son empreinte carbone, c’est toujours un peu désespérant. Il suffit de penser aux jets privés, aux innombrables délires des méga-riches, à votre voisin qui vient de faire installer une piscine de 40 m2, ou, si vous habitez en ville, à celui qui vient de recevoir son cinquième colis d'A..... de la semaine, pour passer 3h dans un bain que vous remplirez dix fois de suite. Pour encore mieux profiter de votre bain, vous pouvez rajouter les délires publics aux privés, genre, a minima et pour rester en France, les jeux de 2024, les méga-bassines, le soutien à l’agriculture intensive et aux lobbies de la chasse.

Mais vous le savez, réduire son empreinte carbone n’a pas comme objectif de sauver le monde, juste de pouvoir se sourire quand on se croise dans la glace. À chacun son chemin de conscience, car même le déni ou l’inconscience individuels les plus forts ne changent pas grand-chose, tant que des décisions politiques collectives exigeantes ne sont pas prises. Alors oui aux micro-aventures enthousiasmantes, celles où vous rencontrez la nature en tête à tête et vivez des émotions imprévues. J’entends par micro-aventure le moins d’usage possible d’un transport motorisé, de préférence n’utiliser que ses pieds ou un vélo, voire, pour d’autres plus intimes, ne même pas bouger de chez soi.

Dans chaque micro-aventure, il y a un moment magique, celui d’un temps hors du temps, d’un lieu de pouvoir se cachant dans le chemin, d’une rencontre inattendue et féconde. Cela peut être, pour ne citer que quelques souvenirs, un coucher ou un lever de soleil, une étoile filante, une pierre où l’on se couche comme pour un sacrifice, un renard courant sur la terrasse, un arbre qui nous parle, un chien féroce remuant la queue, un bain d’ions négatifs dans une cascade froide et revigorante, une maman sanglier et ses petits en sortant de mon chalet, un repas partagé autour d’une bougie seuls dans la nuit, un troupeau de papillons, une pluie de grenouilles, un loir qui nous rejoint dans notre bivouac sur le chemin de Saint Jacques, une nuit à la belle étoile, un vol de chauves-souris… Liste infinie d’immersion dans le réel de la nature.

Vous entendrez parfois le terme de sur-nature pour parler de ce que l’on ressent dans ces moments-là, mais je n’aime pas ce terme. Il crée encore une fois une hiérarchie verticale et désavoue la nature, cherche à la réduire pour essayer d’en garder le contrôle. C’est un terme patriarcal de plus. Le réel suffit. Nous n’en n’avons qu’une très petite perception et l’intérêt de ces micro-aventures est d’ouvrir nos sens, notre perception intuitive, pour aller plus loin dans ce réel qui nous échappe autant.

Et si vous voulez rester chez vous :

  • Passer une nuit à la belle étoile sur sa terrasse (je ne l’ai jamais fait sur un balcon mais pourquoi pas !).
  • Observer la vie d’une araignée ou d’une fourmi au lieu de la tuer.
  • Trier les affaires de son grenier/tiroirs/bibliothèque/armoire à habits…
  • Se lancer dans l’écriture/le dessin/la cuisine/la guitare…
  • Aller dire bonjour à un voisin.
  • Planter le noyau d’un fruit…
  • Aller au marché plutôt qu’au supermarché.
  • Adopter une tortue parmi les milliers abandonnées chaque année et récupérées par des refuges.
  • Ouvrir votre maison à des nomades ou des migrants.
  • Faire un jeûne, une cure de raisin, devenir végétarien.
  • Changer les meubles de place…

…Liste non exhaustive.

 

Et vous, quelle est votre micro-aventure du jour ?

Avec un peu d’entraînement, la micro-aventure peut devenir quotidienne. Le merveilleux est un état d’esprit.

 

Claire Sibille

Psychothérapeute et écrivaine

 

Les photos jointes sont des diaporamas, faites-les défiler

Une nuit à la belle étoile, des papillons amoureux, une cascade où se baigner, un chien dangereux (dit le panneau à juste titre) qui remue la queue.
Une nuit à la belle étoile, des papillons amoureux, une cascade où se baigner, un chien dangereux (dit le panneau à juste titre) qui remue la queue.
Une nuit à la belle étoile, des papillons amoureux, une cascade où se baigner, un chien dangereux (dit le panneau à juste titre) qui remue la queue.
Une nuit à la belle étoile, des papillons amoureux, une cascade où se baigner, un chien dangereux (dit le panneau à juste titre) qui remue la queue.

Une nuit à la belle étoile, des papillons amoureux, une cascade où se baigner, un chien dangereux (dit le panneau à juste titre) qui remue la queue.

Toutes les étapes d'un coucher de soleil dans un lieu magique...
Toutes les étapes d'un coucher de soleil dans un lieu magique...
Toutes les étapes d'un coucher de soleil dans un lieu magique...
Toutes les étapes d'un coucher de soleil dans un lieu magique...

Toutes les étapes d'un coucher de soleil dans un lieu magique...

Cueillir des framboises chez le maraîcher (les Jardins d'Humus à Lasseube) et aller au marché, trouver des fleurs locales tellement plus belles (la ferme Cazaubon à Lasseube)..
Cueillir des framboises chez le maraîcher (les Jardins d'Humus à Lasseube) et aller au marché, trouver des fleurs locales tellement plus belles (la ferme Cazaubon à Lasseube)..
Cueillir des framboises chez le maraîcher (les Jardins d'Humus à Lasseube) et aller au marché, trouver des fleurs locales tellement plus belles (la ferme Cazaubon à Lasseube)..

Cueillir des framboises chez le maraîcher (les Jardins d'Humus à Lasseube) et aller au marché, trouver des fleurs locales tellement plus belles (la ferme Cazaubon à Lasseube)..

Alors, en route pour une micro-aventure ?

Alors, en route pour une micro-aventure ?

Voir les commentaires

HENDAYE, LA PLAGE EN AOÛT

par Claire Sibille

publié dans Le quotidien c'est pas banal !

HENDAYE, LA PLAGE EN AOÛT

Quand j’étais petite, la plage d’Hendaye n’était pas cotée par rapport à ses voisines de Biarritz et Saint Jean. C’était la plage populaire par excellence, populaire ayant ici le sens exactement contraire à celui que lui donnent aujourd’hui les ados pour déterminer la star de cour de récré, ou le youtuber en vogue à un instant donné. En effet, populaire signifiait masse, et qui plus est masse de gens mélangés, dont beaucoup d’espagnols, réputés sales et bruyants, et affligés d’un nombre considérable de gamins braillards et de vieillards encombrants. Il y avait aussi la pollution qui remontait régulièrement le courant depuis San Sebastian et nous apportait des tas de choses innommables. Ce constat, largement partagé par les gens comme il faut, n’empêchait personne d’aller le dimanche de l’autre côté de la frontière remplir son coffre de cigarettes, alcools et boites d’olives et asperges détaxés. Et on allait faire la fête, exactement comme aujourd’hui, dans ce pays voisin où c’est tellement plus sympa, vivant, cette terre d’accueil où l’on peut enfin lâcher la bride au corps et surtout aux émotions. Aujourd’hui en Espagne on peut manger parterre dans la plupart des toilettes, contrairement aux françaises, car les Espagnols se sont approprié l’espace public comme étant le leur. Et petit à petit les français reconnaissent toutes les qualités de leurs cousins du sud.

Mais quand j’étais petite et même ado, Hendaye était une plage où il ne fallait pas se commettre. Alors nous restions à Biarritz, au milieu des surfeurs de deux mètres de haut, blonds aux yeux bleus, et venant pour la plupart du nord de l’Europe. Nous restions à Biarritz au milieu des élégantes anglaises et de leurs mylords survivants. Nous restions à Biarritz au milieu des vieilles dames pomponnées et de leur chien, en compagnie des familles acceptables, au milieu des relents de parfums capiteux et hors de prix qui me masquaient trop souvent l’odeur de la mer.

C’était bien agréable quand même.

J’ai de la chance, ma famille est complexe. Une grand-tante s’était mariée de l’autre côté de la frontière et on la voyait toujours avec sa nouvelle tribu espagnole, une de mes grand-mères était anglaise et nous apprivoisait Biarritz et son snobisme ridicule, une autre était basque et m’a fait tomber amoureuse de Bayonne. Mais Hendaye n’existait pas pour nous.

Hendaye. Vingt mille personnes les plus grands jours, vingt mille personnes avec chacune leur serviette de bain, et un parasol par famille. Vingt mille taches de couleurs toutes différentes sur une immense palette.

Envie de peindre.

En marchant sur la plage humide, plus de 3km de long, envie de courir. D’ailleurs je cours. Je veux atteindre l’autre bout. Communion mer-peau-sable-soleil.

Je croise d’abord les surfeurs encore très peu nombreux en cette heure matinale de mer presque étale. Ils seront des centaines tout à l’heure, de tous les âges, bien plus nombreux qu’avant, vivant toutes les variantes possibles du mariage entre le vent, la mer, le sable et un objet contenant le mot surf. Des centaines d’enfants joueront dans la mousse avec leur bout de planche en riant aux éclats. Très peu d’engins bruyants et égocentrés, scooters des mers et jet-skis inutiles et polluants. Surement trop dangereux pour les petits enfants. Un surfeur se met à l’eau devant moi. Sa peau brune luisante d’eau marine, chaque goutte semble une écaille dans la lumière rasante du soleil naissant. L’homme quitte son humanité et redevient un animal marin, puissant, lisse, conçu pour fendre les vagues et plonger dans les profondeurs.

Ensuite je passe les nageurs sportifs qui alternent les quatre nages, puis les premières familles qui arrivent avec parasols et glacières.

Plus tard dans la journée, aux heures très chaudes, la foule se confondra avec l’océan, la respiration des hommes avec l’écume de l’eau salée.

Je regarderai alors chaque serviette abandonnée en confiance sur le sable. Serviette tirée à quatre épingles, bien maintenue par deux chaussures et deux sacs car le vent se sera levé à cette heure. Serviette roulée en boule et jetée près d’une robe et d’une paire de tongs. Serviettes militantes aux couleurs du Pays Basque. Bande de serviettes aux dessins flashys et portraits de rappeurs. Famille de serviettes, papa rouge, maman bleue et les petites de toutes les couleurs avec seaux, pelles et moules pour faire des gâteaux de sable en forme d’étoile de mer. Serviettes solitaires. Ou peut-être abandonnées. Oubliées. Serviettes en couple qui s’entremêlent et partagent leur sable.  

La plage d’Hendaye s’est équipée pour accueillir les "personnes en situation de handicap" depuis longtemps. Encore des êtres humains différents. Encadrés par des éducateurs dont certains accusent déjà la fatigue, il n’est pourtant que neuf heures du matin. Une jeune femme naine, obèse et difforme d’une manière que je n’aurais jamais cru possible regarde la mer en souriant. Je vais l’amener se baigner dit l’un des éducateurs. C’est trop pour moi j’ai passé l’âge, lui répond l’éducatrice d’une trentaine d’années. Quand la jeune femme se retrouve dans l’eau, solidement tenue par l’éducateur, elle rit aux éclats en éclaboussant partout. D’autres la rejoignent, certains sur des fauteuils roulants aquatiques. La grande mer les accueille tous et les rires fusent de tous côtés. Communicatifs. Envie de vivre. Merci la mer, merci les soignants, merci les différents. Bon courage. Ce n’est pas simple.

J’arrive en bout de plage.

Quelques couples lesbiens et gays tranquilles, un peu à l’écart pour s’embrasser sans subir le regard qui ne manquera pas d’être là. Beaucoup d'espagnols, que font-ils ici ? Leurs plages sont si belles... Une jeune fille en burkini, couverte des pieds à la tête, se baigne en compagnie d’autres en maillot, elle rit aussi fort, je souffre pour elle, peut-être à tort ? Une famille de naturistes avec ados et enfants. Le nudisme est refoulé aux extrémités de la plage, et le monokini redevient souvent une transgression, comme avant les années 70.

Il faut vraiment s’accrocher pour prendre les hommes au sérieux, parfois.

Quelques solitaires aussi, regardant la mer. Pas dérangés par les marcheurs voulant toucher le rocher du bout de la plage avant de repartir dans l’autre sens. Ces marcheurs savent bien qu’ils vont ainsi traverser la mini-zone réservée aux naturistes, et ils s’en fichent pour la plupart. D’autres ne peuvent s’empêcher de regarder, en essayant de ne pas avoir l’air.

Et puis.

Et puis LE BAIN.

En quittant la plage d’Hendaye, j’ai le sourire aux lèvres.

 

 

Claire Sibille

Écrivaine, Psychothérapeute

La plage d'Hendaye, encore vide, pas pour longtemps...La plage d'Hendaye, encore vide, pas pour longtemps...

La plage d'Hendaye, encore vide, pas pour longtemps...

Voir les commentaires